Publiée le 09 Mai 2014

L’Abitibi-Ouest réalisera une première cet été, alors que Casa Berardi deviendra la première mine au Québec dont les installations souterraines seront en partie chauffées grâce à la biomasse forestière.

09mai14

Norforce Énergie est née d’une alliance stratégique entre Métal Marquis, la Coopérative forestière Saint-Dominique et leur client, Hecla Québec. De gauche à droite: Christian Bourcier, Guillaume Marquis, France McDonald, directrice générale de la coopérative, et Christian Léveillé. Photo Patrick Rodrigue

Chauffage à la biomasse à la mine Casa Berardi

La société minière Hecla Québec (alors Mines Aurizon) a en effet accepté d’embarquer dans le projet développé par Norforce Énergie. Mise sur pied conjointement par la Coopérative forestière Saint-Dominique (CFSD) de Saint-Dominique-du-Rosaire et Métal Marquis de La Sarre, l’entreprise souhaite orienter ses actions dans la production et la vente d’énergie à partir de biomasse forestière. Casa Berardi représente son premier projet.

De l’air précieux

Pendant les 10 prochaines années, un groupe de générateurs d’air chaud alimentés à la biomasse forestière viendra ainsi complémenter le système de chauffage actuel de Casa Berardi, alimenté au propane. Ce projet représentera des investissements totaux d’environ 3 M $.

«Nous avons adapté à nos besoins des machines finlandaises destinées au séchage des céréales. On parle d’équipements d’une puissance combinée de 4,5 mégawatts qui consommeront environ 6000 tonnes métriques vertes de résidus d’opérations forestières, dont les branches et les cimes des arbres. Nous devrions ainsi permettre à Hecla Québec d’économiser 2,5 millions de litres de propane par année, ce qui représente l’équivalent de 2732 tonnes de gaz à effet de serre en moins dans l’atmosphère. Les cendres pourront quant à elles être valorisées dans les haldes à roches stériles ou être employées comme fertilisants», a expliqué Guillaume Marquis, président de Métal Marquis et de Norforce Énergie.

Le chauffage à la biomasse ne remplacera toutefois pas complètement le système au propane. «Ce qu’on vend, c’est de l’air. Mais de l’air chaud, a mentionné M. Marquis en souriant. Et c’est bien sûr qu’à -30 degrés Celsius, c’est dur à chauffer. Par contre, jusqu’à -15 degrés Celsius, notre système fonctionnera très bien.»

Une boule de neige

Le projet débutera cet été par une phase pilote au cours de laquelle Norforce Énergie installera deux générateurs parmi les neuf prévus. Cela représente environ 25 % de la capacité de chauffage planifiée.

«D’autres sociétés minières nous observent en ce moment pour voir si notre projet est rentable, a confié Guillaume Marquis. Dans un an, on pourra vous dire si on a seulement rêvé ou si le rêve s’est réalisé. Comme c’est là, on a une petite boule de neige dans les mains et on espère la faire grossir.»

Sept ans d’efforts

«Nous travaillons là-dessus depuis sept ans. Ce fut un long chemin de croix qui n’aurait pas été possible sans la contribution de 1,1 M $ du ministère des Ressources naturelles, l’implication des Caisses d’économie solidaire Desjardins et d’Investissement Québec ainsi que la vision et l’audace d’Hecla Québec», a déclaré a indiqué le directeur général de Norforce Énergie et ingénieur forestier à la CFSD, Christian Léveillé, lors du dévoilement du projet, le 24 avril.

Autre chose que des emplois

«Si nous avons accepté d’embarquer dans cette aventure, c’est en premier lieu pour léguer à la région autre chose que des emplois bien rémunérés, a signalé Christian Bourcier, vice-président-directeur général d’Hecla Québec. Ce projet servira de vitrine à Norforce Énergie, en plus de nous apporter des économies considérables. À Casa Berardi, le chauffage peut en effet nous coûter jusqu’à 20 000 $ par jour lors des périodes de grand froid. C’est notre plus grosse dépense. Une source d’énergie alternative nous amène donc une sécurité opérationnelle.»

Source : Abitibi Express