Publiée le 16 Janvier 2013

Le nouveau planétarium doit son nom aux 3,8 millions de dollars que le géant de l’aluminium, Rio Tinto Alcan, a donné pour sa réalisation, qui aura couté au total 48 millions, comme prévu.

 16jan13

Photo via Le Devoir (Jacques Nadeau)

Au milieu du Parc olympique, deux cônes tronqués en aluminium pointent vers le ciel, tels deux télescopes scrutant l’Univers. Ces deux cônes qui abritent deux théâtres sphériques constituent les éléments centraux du nouveau Planétarium de Montréal, qui a ouvert ses portes aux médias mercredi alors qu’on procédait à l’emménagement des équipements. Respectant les coûts et les délais prévus, le nouveau bâtiment conçu selon les règles du développement durable sera inauguré le 6 avril.

Ceux qui ont connu le planétarium Dow, ce bâtiment des plus classiques qui nous plongeait tout de suite dans la pénombre, seront complètement dépaysés dans le nouveau planétarium Rio Tinto Alcan, dont les espaces intérieurs sont inondés de lumière naturelle et offrent des points de vue intéressants sur le Biodôme et le Stade olympique. Les lattes de bois clair qui recouvrent la coque d’un des deux théâtres sphériques et les tuiles d’aluminium naturel qui tapissent l’enveloppe de l’autre réchauffent l’atmosphère et contribuent à « reconnecter l’humain à la nature », souligne Charles-Mathieu Brunelle, le directeur général d’Espace pour la vie, ce complexe qui rassemble sur un même site le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et, désormais, le Planétarium.

Source : Le Devoir