Publiée le 17 Mai 2013

Valleyfield héritera de la première usine de transformation de la société minière Argex Titane. Le projet, dont le coût total devrait s'élever aux environs de 200 millions, est susceptible de créer jusqu'à 150 emplois dans la région.

17mai13

Argex assemblera son premier module de transformation dans les anciens bâtiments industriels de la Dominion Textile, des installations qu'elle louera pour plusieurs années à la société Valleyfield Enterprise.

«Le fait qu'il y a un bâtiment déjà existant va nous faire gagner plusieurs mois et nous permettre de sauver des millions en coûts de construction», souligne Roy Bonnell, président et directeur général d'Argex Titane. Selon lui, le bail à long terme permet aussi à son entreprise d'économiser de précieux capitaux.

Pour l'heure, l'entreprise termine une étude de faisabilité pour estimer les coûts de transformation du nouveau site. «Une fois que nous aurons ça, nous commencerons le financement et achèterons l'équipement», explique le PDG d'Argex. Un financement à la fois par équité, mais aussi par dette, souligne-t-il.

Énergie à moindre coût

C'est, entre autres, en raison de l'accès au gaz naturel que le site campivallensien a été sélectionné. «Le coût principal associé à la transformation du minerai brut vient de l'énergie, souligne Roy Bonnell. Et l'énergie la moins chère, c'est le gaz naturel.»

L'entreprise, propriétaire de deux sites miniers à proximité de Baie-Comeau, comptait initialement y installer sa première usine de production de dioxyde de titane (TiO2). Le report de la construction d'un gazoduc reliant Saguenay à Baie-Comeau par Gaz Métro lui aura toutefois fait changer ses plans.

Argex compte sur les revenus qu'elle tirera de son usine de production de titane pour financer l'exploitation de ses mines. Deux autres modules de production de ce composé entrant dans la fabrication de peinture, notamment, sont aussi dans les plans de l'entreprise et pourraient être implantés ailleurs qu'à Valleyfield.

«On a assez d'espace à Valleyfield pour construire d'autres modules, mais on n'a pas décidé si on allait le faire ou non parce qu'il y a des avantages stratégiques à avoir des modules sur d'autres sites», indique Roy Bonnell.

Une région idéale

La région de Valleyfield compte sur plusieurs atouts pour inciter les entreprises transformatrices à s'y installer. Outre l'accès à son port et ses liens ferroviaires, la région compte depuis décembre 2012 sur le parachèvement de l'autoroute 30.

«L'autoroute 30 vient désenclaver le territoire et fait en sorte que les entreprises peuvent acheminer leurs produits finis de façon expéditive et économique», souligne Johanne Brunet, directrice générale du Centre local de développement Beauharnois-Salaberry.

Pourtant, bien longtemps avant le prolongement du lien autoroutier, la région comptait déjà son lot d'entreprises du secteur de la métallurgie et de la chimie. L'une d'elles, l'affineur CEZinc, s'y trouve depuis près de 50 ans. Sa seule présence a contribué à l'arrivée d'Argex dans la région à celle de Nemaska Lithium, le mois dernier. CEZinc, qui génère comme sous-produit de l'acide sulfurique, vend celui-ci aux transformateurs de métaux.

Source : La Presse