L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Polytechnique Montréal et six entreprises minières ont confirmé le renouvellement de leur partenariat jusqu'en 2026 ans afin de poursuivre des travaux de recherche à partir de sites miniers de l'Abitibi-Témiscamingue.

Pour une institution d'enseignement comme Polytechnique, ce partenariat avec l'UQAT représente un véritable laboratoire in situ.

« Pour nous, avoir accès depuis Polytechnique à de véritables sites miniers, c'est très important. L'UQAT a des expertises, et Polytechnique a des expertises complémentaires, et nous avons tous un magnifique terrain de jeux avec six sociétés minières qui nous ouvrent les portes de leurs installations. Pour nous, c'est fabuleux, a commenté Philippe A. Tanguy, directeur général de Polytechnique Montréal. »

Lieu idéal pour la recherche
Le recteur de l'UQAT, Denis Martel, a souligné qu'en matière de financement privé, un partenariat de sept ans fait figure d'exception. Selon lui, cela procure à l’Institut de recherche en mines et environnement (IRME) UQAT-Polytechnique une stabilité et une légitimité indéniables sur la scène internationale.

«  La filière minérale au Québec, c'est en Abitibi-Témiscamingue que ça se passe. »

-Le recteur de l'UQAT, Denis Martel

C'est un partenariat qui donne beaucoup de crédibilité à ce que l'on fait et être en lien très fort avec des entreprises ça attire des cerveaux de partout dans le monde. Il y a une reconnaissance internationale qui se fait, et des étudiants d'un peu partout font le choix de venir à l'UQAT, mentionne le recteur, qui estime que ce partenariat unique au monde pourrait inspirer d'autres établissements d'enseignement.

La proximité de sites miniers actifs, à la fois à ciel ouvert et souterrains, ainsi que la présence gisements variés dans le sous-sol de la région ajoutent au potentiel des recherches réalisées par les étudiants des cycles supérieurs qui prennent part aux études proposées.

« Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'exploitation minière ailleurs, mais la filière dans son ensemble, de l'exploration à la deuxième et troisième transformation, les experts professionnels, tout ça est en Abitibi-Témiscamingue. Le meilleur endroit pour développer des expertises et des contacts : c'est ici» , insiste Denis Martel.

Climat et restauration des sites

Les minières Mines Agnico Eagle, Mine Canadian Malartic, IAMGOLD Corporation, Mine Raglan, Newmont Goldcorp – Éléonore et Rio Tinto Fer et Titane investiront 11,2 M $ en recherche pour la période 2020-2026. Ces investissements serviront à financer certains projets de recherche, notamment sur la restauration des sites miniers.

Source : ICI Abitibi-Témiscamingue

Consulter l'article