Le Temple de la renommée des mines canadiennes, qui compte déjà plusieurs Abitibiens de souche ou de cœur dans ses rangs, s’est enrichi de cinq nouveaux noms. Parmi ces personnes intronisées figurent deux personnes qui ont connu leurs succès en Abitibi-Témiscamingue.Né à Montréal en 1949, James W. Gill a fondé Ressources Aur en 1981, avec un capital de démarrage de seulement 250 000 $. Au fil des années, la société a connu une modeste expansion grâce à des découvertes et à l’acquisition de mines, principalement dans le camp minier de Val-d’Or.

La grande percée d’Aur a eu lieu en 1989 avec la découverte de la mine Louvicourt. Moins de cinq ans plus tard, M. Gill était parvenu à amasser 300 M $ et la mine démarrait ses activités. Il s’agissait alors de la plus importante découverte de cuivre et de zinc depuis celle de Kidd Creek en Ontario, en 1963. À sa fermeture, en 2005, la mine Louvicourt avait produit plus d’un milliard de livres de cuivre et plus de 500 millions de livres de zinc, en plus de sous-produits d’or et d’argent.

En 2007, alors que l’ampleur de Ressources Aur avait dépassé les frontières de l’Abitibi-Témiscamingue, avec des mines à Terre-Neuve et au Chili et plus de 2000 employés, James W. Gill a mis fin à 26 ans de carrière auprès de sa compagnie en négociant avec succès sa vente à la multinationale Teck Resources. La transaction avait alors été évaluée à 4,1 milliards $.

Le découvreur de Camflo

Né à Montréal en 1932, le géologue Brian Meikle s’est joint en 1962 à l’équipe de Mines Camflo. Il a joué un rôle déterminant dans les découvertes qui ont fait le succès de la mine de Malartic et dans le succès de l’entreprise. Il a passé 22 ans chez Camflo, où il a occupé divers postes, dont ceux de directeur de mine et de vice-président de l’exploitation. Lorsque la toute jeune compagnie Barrick a acquis Camflo, en 1984, M. Meikle y a poursuivi sa carrière, contribuant avec son expertise à transformer la petite compagnie en l’un des plus importants producteurs d’or de la planète. Brian Meikle est décédé en 2016.

Source : L'Éclat

Consulter l'article